PMA2015/Kenya Round 4 Indicators

APERÇU DES INDICATEURS

Résumé du plan d'échantillonnage pour PMA2015/Kenya-R4 :

PMA2020 est conçu pour créer des sites sentinelles pour la collecte de données tant au niveau de la population qu'entre les points de prestation de services (PPS). Les zones de dénombrement (ZD) sélectionnées lors du premier cycle sont généralement utilisées pour la collecte de données lors des cycles 2 à 4. Les ménages situés dans les ZE sont échantillonnés de manière aléatoire au cours de chaque cycle, mais la ZE est cohérente d'un cycle à l'autre. Le résumé du plan d'échantillonnage du premier cycle est fourni ci-dessous.

PMA2015/Kenya-R4, le quatrième cycle de collecte de données au Kenya, a utilisé une conception de grappes à plusieurs niveaux avec des régions urbaines/rurales comme strates. La première étape de l'échantillonnage s'est faite au niveau des comtés en utilisant des procédures de probabilité proportionnelle à la taille pour sélectionner neuf des 47 comtés : Nairobi, Kilifi, Nandi, Nyamira, Kiambu, Bungoma, Siaya, Kericho et Kitui. Dans les neuf comtés sélectionnés, les zones de dénombrement (ZD) ont été sélectionnées proportionnellement à la taille avec une stratification urbaine/rurale. L'échantillon a été alimenté pour générer des estimations nationales de toutes les femmes de la MCPR avec une marge d'erreur inférieure à 3 %. L'enquête a également permis de générer des estimations sur les services de planning familial en incluant un échantillon aléatoire de trois points de prestation de services privés au maximum dans les limites de chaque EA. En outre, trois points de prestation de services de santé publique desservant la population des EA ont également été sélectionnés : un dispensaire, un centre de santé et un hôpital de référence, soit au niveau du sous-comté, soit au niveau du comté.

Tableaux SOI

Premier tour de l'échantillon de conception

L'enquête PMA2020 collecte des données chaque année au niveau national (urbain et rural) et régional pour permettre l'estimation d'indicateurs clés permettant de suivre les progrès de la planification familiale. Le modèle de l'enquêteur résident (RE) permet de reproduire les enquêtes deux fois par an pendant les deux premières années, et chaque année par la suite, pour suivre les progrès.

Le premier cycle de l'enquête PMA2014/Kenya a utilisé une conception en grappes à plusieurs niveaux avec des strates urbaines/rurales et de comté. La première étape de l'échantillonnage s'est faite au niveau des comtés en utilisant des procédures de probabilité proportionnelle à la taille pour sélectionner neuf des 47 comtés : Nairobi, Kilifi, Nandi, Nyamira, Kiambu, Bungoma, Siaya, Kericho et Kitui. Dans les neuf comtés sélectionnés, 120 zones de dénombrement (ZD) ont été sélectionnées proportionnellement à la taille avec une stratification urbaine/rurale. L'échantillon a été alimenté pour générer des estimations nationales et urbaines/rurales de toutes les femmes de la RMPC avec une marge d'erreur inférieure à 3 %.

Dans chaque EA sélectionné, les superviseurs sur le terrain ont choisi au hasard jusqu'à trois points de prestation de services (PPS) privés pour être interrogés par une ER à l'aide du questionnaire PPS. Les superviseurs sur le terrain ont eux-mêmes administré les questionnaires SDP à trois autres SDP publics qui desservent chaque EA - le SDP de santé publique de niveau le plus bas, le deuxième plus bas et le troisième plus bas désigné pour desservir chaque EA (un dispensaire, un centre de santé et un hôpital de référence), soit au niveau du sous-comté, soit au niveau du comté.

Exemple de mise à jour du quatrième tour

La collecte de données pour le quatrième cycle s'est poursuivie dans les mêmes 120 EE sélectionnées lors du premier cycle. La cartographie et la liste ont été répétées lors du quatrième cycle. Tous les ménages, les PDS de santé et les points de repère clés dans chaque EE ont été répertoriés et cartographiés par les ER afin de créer un cadre pour la deuxième étape du processus d'échantillonnage. Les superviseurs de terrain ont sélectionné au hasard 42 ménages en utilisant une application de génération de numéros aléatoires par téléphone. Une liste de ménages a été établie et toutes les femmes éligibles âgées de 15 à 49 ans ont été approchées et invitées à donner leur consentement éclairé (et leur assentiment si elles étaient âgées de 15 à 17 ans) pour participer à l'étude.

La majorité des PDS sont répétées à chaque tour, formant ainsi un panel d'enquête. Si une EA avait plus de trois PDS privées identifiées au cours du processus d'inscription, un nouvel échantillon de PDS privées est alors sélectionné à chaque tour.

PMA2020 utilise des questionnaires standardisés pour les ménages, les femmes et les PDS afin de recueillir des données sur les ménages et les femmes individuelles qui sont comparables entre les pays du programme et cohérentes avec les enquêtes nationales existantes. Avant de lancer l'enquête dans chaque pays, des experts locaux examinent et modifient ces questionnaires pour s'assurer que toutes les questions sont adaptées à chaque contexte. Trois questionnaires ont été utilisés pour recueillir les données de l'enquête PMA2015/Kenya-R4 : le questionnaire pour les ménagesl questionnaire féminin et le questionnaire sur les points de prestation de services (PPS). Ces questionnaires étaient basés sur des enquêtes modèles conçues par le personnel de PMA2020 à l'Institut Bill & Melinda Gates pour la population et la santé reproductive de l'École de santé publique Johns Hopkins Bloomberg à Baltimore et sur les documents de terrain de l'enquête kenyane sur la démographie et la santé (KDHS) de 2008-2009.

Tous les questionnaires PMA2020 sont administrés à l'aide du logiciel Open Data Kit (ODK) et des smartphones Android. Les questionnaires PMA2015/Kenya-R4 ont été rédigés en swahili en plus de l'anglais. Les recenseurs résidents féminins de chaque zone de dénombrement (ZD) ont administré les questionnaires sur les ménages et les femmes dans les ménages sélectionnés.

Le questionnaire sur les ménages recueille des informations de base sur le ménage, telles que la possession de bétail et de biens durables, ainsi que les caractéristiques de l'unité d'habitation, notamment les matériaux des murs, des sols et du toit, les sources d'eau et les installations sanitaires. Ces informations sont utilisées pour construire un indice de quintile de richesse.

La première section du questionnaire ménage, la liste des ménages, contient des informations démographiques de base sur tous les membres habituels du ménage et les visiteurs qui ont séjourné dans le ménage la nuit précédant l'entretien. Cette liste est utilisée pour identifier les répondants éligibles pour le questionnaire féminin. En plus de la liste, le questionnaire ménage recueille également des données qui sont utilisées pour mesurer les indicateurs clés de l'eau, de l'assainissement et de l'hygiène (WASH), y compris les sources et utilisations régulières de l'eau, les installations sanitaires utilisées et la prévalence de la défécation en plein air par les membres du ménage.

Le questionnaire féminin est utilisé pour recueillir des informations auprès de toutes les femmes âgées de 15 à 49 ans qui ont été inscrites sur la liste des ménages dans certains foyers. Le questionnaire féminin recueille des informations spécifiques sur : l'éducation ; la fécondité et les préférences en matière de fécondité ; l'accès, le choix et l'utilisation du planning familial ; la qualité des services de planning familial ; l'exposition aux messages de planning familial dans les médias ; et la charge que représente la collecte de l'eau pour les femmes.

Dans chaque EA sélectionnée, les superviseurs sur le terrain ont choisi au hasard jusqu'à trois PDS privés pour être interrogés par un recenseur résident à l'aide du questionnaire PDS. Les superviseurs sur le terrain ont eux-mêmes administré les questionnaires SDP dans trois autres SDP publics qui desservent chaque EA. Le questionnaire SDP a permis de recueillir des informations sur la fourniture et la qualité des services et produits de santé reproductive, l'intégration des services de santé, et l'eau et l'assainissement au sein de l'établissement de santé.

Formation

Le travail de terrain de PMA2015/Kenya-R4 a commencé par une formation de recyclage de trois jours pour les recenseurs résidents (RE), qui s'est tenue du 22 au 24 octobre. L'objectif de cette formation était de combler les lacunes et les erreurs identifiées lors du troisième cycle de collecte de données, de comprendre les changements apportés au questionnaire pour le quatrième cycle, de rafraîchir les connaissances et les compétences sur le contenu du questionnaire et l'art de poser des questions par le biais d'entretiens jumelés. En outre, le personnel de terrain s'est vu rappeler les principaux protocoles d'enquête à respecter, notamment en ce qui concerne l'administration du consentement et l'éthique de la recherche. Le personnel de PMA2020 de l'Institut Bill & Melinda Gates pour la population et la santé reproductive de l'École de santé publique Johns Hopkins Bloomberg a fourni une assistance à distance pour la formation, par courrier électronique, Skype et d'autres plateformes de vidéoconférence. Le personnel du Centre international pour la santé reproductive du Kenya (ICRH-K), partenaire de mise en œuvre de PMA2020/Kenya, a dirigé la formation. La formation de recyclage a eu lieu au Kericho Tea Hotel dans le comté de Kericho, au Kenya.

Tout au long de la formation de recyclage, les ERs ont été évalués sur la base de leurs performances lors d'évaluations écrites et téléphoniques, d'exercices de terrain simulés et de la participation en classe. La formation s'est déroulée principalement en anglais, tandis que certaines séances en petits groupes ont été menées en swahili. Les superviseurs ont reçu une formation supplémentaire avant et après la formation des ER pour renforcer leurs compétences de supervision, y compris des instructions sur la conduite de nouveaux entretiens, la réalisation de contrôles aléatoires et d'autres mesures de contrôle de la qualité, ainsi que sur les relations avec les dirigeants locaux et communautaires et l'engagement des communautés.

Collecte et traitement des données

La collecte des données a été effectuée entre novembre et décembre 2015. Contrairement aux enquêtes traditionnelles sur papier et crayon, PMA2020 utilise ODK Collect, une application logicielle à code source ouvert, pour collecter des données sur les téléphones mobiles. Tous les questionnaires ont été programmés à l'aide de ce logiciel et installés sur tous les smartphones du projet. Les formulaires du questionnaire ODK sont programmés avec des schémas de saut automatique et des contraintes de réponse intégrées pour réduire les erreurs de saisie des données.

L'application ODK a permis aux RE et aux superviseurs de collecter et de transférer les données d'enquête vers un serveur central ODK Aggregate cloud. Cette agrégation instantanée des données a également permis le traitement simultané des données et des corrections de parcours pendant que PMA2020 était encore actif sur le terrain. Tout au long de la collecte des données, le personnel central de l'ICRH-K au Kenya et le gestionnaire de données de l'Institut Gates de Johns Hopkins à Baltimore ont régulièrement surveillé les données entrantes et ont informé le personnel de terrain de toute erreur potentielle, de toute donnée manquante ou de tout problème constaté dans la soumission des formulaires sur le serveur central. L'utilisation de téléphones portables a permis de combiner la collecte et la saisie des données en une seule étape ; la saisie des données a donc été achevée lorsque le dernier formulaire d'entretien a été téléchargé à la fin de la collecte des données en décembre.

Une fois toutes les données sur le serveur, les analystes de données ont nettoyé et dépersonnalisé les données, appliqué des pondérations d'enquête et préparé l'ensemble de données final pour l'analyse à l'aide du logiciel Stata® version 14. L'analyse des données pour les résultats préliminaires a été effectuée entre janvier et mars 2016. Les résultats préliminaires ont été rendus publics en mars et l'atelier national de diffusion des résultats du cycle d'enquête s'est tenu le 29 juin 2016 au Sarova Panafric Hotel, à Nairobi, au Kenya.

Ce tableau montre les taux de réponse des ménages et des femmes par résidence (rurale/urbaine) pour PMA2015/Kenya-R4. Au total, 5 039 ménages ont été sélectionnés pour le quatrième cycle de l'enquête ; 4 928 ménages étaient occupés au moment du travail sur le terrain. Parmi les ménages occupés, 4 792 (97,2 %) ont consenti à un entretien au niveau du ménage. Le taux de réponse au niveau des ménages était plus élevé dans les zones rurales (99,0 %) que dans les zones urbaines (94,7 %).

Dans les ménages occupés qui ont fourni une interview, un total de 4 984 femmes éligibles âgées de 15 à 49 ans ont été identifiées. Dans l'ensemble, 98,7 % des femmes éligibles étaient disponibles et ont consenti à l'entretien. Le taux de réponse des femmes était légèrement plus élevé dans les zones rurales (99,0 %) que dans les zones urbaines (98,3 %) de dénombrement (ZE). Seules les femmes de facto sont incluses dans les analyses ; la taille finale de l'échantillon de femmes de facto était de 4 921.

Pour visualiser les erreurs d'échantillonnage pour les indicateurs PMA2020 décrits ci-dessus, télécharger le rapport complet sur les DI ici. Pour plus d'informations sur les indicateurs de la PMA2020, y compris le type d'estimation et la population de base, cliquez ici.


International Centre for Reproductive Health Kenya (ICRHK) et The Bill & Melinda Gates Institute for Population and Reproductive Health à la Johns Hopkins Bloomberg School of Public Health. Performance Monitoring and Accountability 2020 (PMA2020) Survey Round 4, PMA2015/Kenya-R4 Snapshot of Indicators. 2015. Kenya et Baltimore, Maryland, États-Unis.

GTranslate