20 novembre 2020

L'impact de COVID-19 sur le lieu d'accouchement des femmes enceintes en Ethiopie

Voir toutes nos actualités
L'Éthiopie, un homme et une femme

Plus de 54 millions de personnes dans le monde ont été infectées par la maladie à coronavirus (COVID-19), et les taux d'infection continuent d'augmenter dans le monde entier. Parmi les nombreuses implications de la pandémie sur le bien-être physique, social et mental, les chercheurs de l'école de santé publique Johns Hopkins Bloomberg ont exprimé des inquiétudes sur la manière dont COVID-19 pourrait affecter le lieu d'accouchement des femmes enceintes - un élément clé des services de santé maternelle qui a un impact direct sur la grossesse et l'issue des nouveau-nés.

Pour évaluer l'impact immédiat de la pandémie COVID-19 sur les modes d'accouchement des femmes en Éthiopie, une analyse a été réalisée à partir des données de l'enquête PMA (Performance Monitoring for Action) Ethiopia. Le projet est dirigé par le Dr Linnea Zimmerman, chercheur principal pour le projet PMA Éthiopie et professeur adjoint au département de la population, de la famille et de la santé reproductive de l'école Johns Hopkins Bloomberg, et par les docteurs Solomon Shiferaw et Assefa Seme de l'université d'Addis-Abeba. Les résultats de cette analyse ont montré qu'en juin 2020, au niveau national, il n'y avait pas de différence dans la proportion de femmes ayant accouché dans un hôpital. Cependant, dans les zones urbaines où les taux de COVID-19 étaient les plus élevés, la proportion de femmes ayant accouché dans des établissements de santé de niveau inférieur a considérablement augmenté alors que les accouchements en milieu hospitalier ont diminué. Les taux d'accouchement à domicile sont restés inchangés.

Lancée en 2014, l'enquête PMA Ethiopie génère des données nationales et régionales représentatives sur les indicateurs clés de la RMNCH afin de mesurer la couverture, les obstacles et les facilitateurs des soins de la RMNCH. L'enquête comporte trois volets principaux :

  • Une enquête longitudinale, ou par panel, menée dans six régions, qui inscrit les femmes enceintes et les suit à six semaines, six mois et un an après l'accouchement.
  • Une enquête transversale sur les femmes en âge de procréer dans toutes les régions.
  • Une enquête sur les points de prestation de services (PPS) évaluant l'état de préparation des installations à la prestation de services de la RMNCH dans toutes les régions.

La collecte de données pour l'enquête longitudinale a commencé en 2019 et a porté sur les femmes récemment accouchées (moins de 8 semaines après l'accouchement au moment de l'inscription) et les femmes enceintes. L'enquête longitudinale, en particulier, offre une occasion unique d'évaluer comment la pandémie COVID-19 a affecté le comportement de recherche de la santé, notamment la décision d'une femme enceinte sur le lieu de l'accouchement, en comparant les femmes qui ont accouché pendant les restrictions COVID-19 à celles qui ont accouché avant la pandémie.

Dans les zones urbaines, les femmes qui ont accouché en mai et juin, après le début des restrictions COVID-19, étaient nettement moins susceptibles d'accoucher dans un hôpital que les femmes qui avaient accouché avant la pandémie. "Bien qu'il soit rassurant de constater que les taux d'accouchement à domicile n'ont pas augmenté, le passage à des établissements de niveau inférieur est potentiellement problématique étant donné leur faible niveau de préparation", a déclaré le Dr Zimmerman. Les résultats des enquêtes PMA Ethiopia SDP montrent que les postes de santé et les centres de santé ont généralement une capacité beaucoup plus faible pour gérer les complications liées à l'accouchement, tant en termes de médicaments essentiels que de procédures, comme les césariennes.

Quelle que soit la période, les femmes plus riches, les femmes plus instruites, les femmes n'ayant jamais accouché auparavant et les femmes âgées de 30 ans et plus dans les zones urbaines étaient plus susceptibles d'accoucher dans un hôpital que les femmes plus pauvres, moins instruites ou plus jeunes et multipares pendant les restrictions de la COVID-19. Le lieu de l'accouchement chez les femmes rurales n'était pas différent avant ou après la pandémie. Comme dans les zones urbaines, l'âge plus élevé, l'éducation, la richesse et le fait de n'avoir jamais donné naissance sont associés à une plus grande probabilité d'accoucher dans un établissement de santé (y compris les hôpitaux, les centres de santé et les postes de santé) par rapport à l'accouchement à domicile.

Parmi les femmes qui ont indiqué que la pandémie avait affecté le lieu de leur accouchement, environ trois sur quatre ont déclaré qu'elles avaient peur de contracter ou de propager COVID-19 ; deux sur cinq avaient peur d'être seules dans un établissement de santé pendant l'accouchement et plus d'un tiers ont déclaré qu'il n'y avait pas de transport disponible.

Ces différences correspondent au déroulement de la pandémie en Éthiopie. Au début de la pandémie, les diagnostics de COVID-19 étaient plus fréquents dans les zones urbaines que rurales, en particulier à Addis-Abeba. Les informations sur la propagation et la prévention de COVID-19 étaient également plus facilement accessibles dans les zones urbaines que dans les zones rurales. Ces deux facteurs, combinés à des directives plus strictes et au respect des restrictions de voyage, pourraient avoir contribué à la baisse des taux d'accouchement dans les hôpitaux des zones urbaines. Avec un nombre croissant de cas de COVID-19, les hôpitaux étaient susceptibles de donner la priorité au traitement et au contrôle de l'infection par COVID-19, laissant les postes de santé et les centres de santé comme principaux fournisseurs de services de livraison et autres services de base de la RMNCH.

Regardez la présentation complète du Dr Zimmerman ici à 13h10. Pour en savoir plus sur le travail de PMA Ethiopia, cliquez ici.

GTranslate